8 septembre 2017

L’Amie-Joteuse

La fin des vacances est arrivée très vite et les petits matins pressés sont déjà de retour. Lorsque les enfants vont à l’école, une toute nouvelle dynamique familiale s’installe. Certes, les enfants ne sont pas présents pendant la journée, mais il n’en reste pas moins qu’il faut préparer des déjeuners nutritifs pour bien soutenir nos chéris jusqu’au dîner, qui lui aussi doit être digne de mention jusqu’au souper, et la roue continue. Lorsque j’étais toute petite, on qu’on en savait moins coté nutritionnel, j’avalais deux toasts au Nutella le matin et j’étais satisfaite. Mais maintenant, nous cherchons à offrir des repas variés, comblant des besoins nutritifs, tout en étant appétissant. Peu de jeunes sont attirés par les céréales « sans sucre, sans sel [sans goût?] »; il nous faut donc des alternatives. Il en est de même pour les soupers : on ne veut pas toujours manger des restes mais on n’a pas nécessairement le temps de faire un souper élaboré. Par le biais de cette chronique, je vous propose donc deux secrets nécessitant une mijoteuse pouvant vous faire économiser du temps : le « Overnight Oatmeal » ainsi que les « Pouvoirs d’un déshydrateur alimentaire ».

Le « Overnight Oatmeal »

Un des déjeuners que je préfère depuis ma tendre enfance est le gruau pomme et cannelle.  Mais personnellement, pour diverses raisons, je ne suis pas trop une adepte du gruau déjà préparé à « saveur de… ». Surtout lorsqu’il est si simple d’en préparer du vrai, à une fraction du prix, sans oublier l’option de l’adapter à nos goûts personnels.

Pour cette simple recette, vous aurez besoin d’ingrédients communs, donc aucunement besoin de vous rendre dans un magasin bio/grano le plus près! Les recettes possibles sont plus que nombreuses, et chaque petite variation amènera son lot de saveur. Un seul ingrédient demeure constant : l’avoine. Il est important de ne pas utiliser des flocons d’avoine « instants » car ceux-ci cuisent trop rapidement et pourraient donc brûler.

Voici la recette que j’utilise normalement. Rappelez-vous que presque tous les ingrédients peuvent être changés!

Ingrédients: Gruau Pommes et Cannelle

  • 1 tasse d’avoine
  • 2 c. à table de graines de lin moulues (facultatif)
  • 2 pommes, coupées en petits morceaux. La pelure est optionnelle.
  • 1 ou 2 bâtons de cannelle / 1 c. à thé si moulu
  • 2 tasses de lait, lait d’amande/riz/noix de coco
  • 2 tasses d’eau
  • ¼ t. de cassonade
  • 1 c. à thé de vanille pure
  • ½ c. à thé de sel

Vous pouvez changer le lait pour du yogourt. Les fruits peuvent être changés également. Par exemple, remplacez les pommes et la cannelle par des bananes et des framboises! Pourquoi ne pas y mettre des pêches et raisins secs? Vous pouvez également y ajouter des noix comme des noix de Grenoble ou des amandes tranchées.

Faites cuire le tout à la mijoteuse, au plus bas possible, pendant la nuit. Brassez au matin, et dégustez!

Je suis entièrement consciente que les matins ne sont pas les seuls moments où le temps semble nous filer entre les doigts. L’heure du souper est similaire… n’est-ce pas? La mijoteuse se veut une excellente alliée, une fois de plus. Mais encore là, certains parents me disent « j’économise du temps au niveau de la cuisson, mais pas au niveau de la préparation! »… et c’est souvent vrai. On ne peut pas juste lancer une panoplie de légumes entiers dans la mijoteuse et s’attendre à y trouver une délicieuse soupe à notre retour! Mais avouons-le : il y a toujours au moins un moment dans le mois pendant lequel on a du temps. On a le temps de faire des grosses sauces à spaghetti ou quelques lasagnes, pâtés ou tourtières. On a donc, logiquement, également le temps de préparer des légumes déshydratés, ceux-ci pouvant ensuite servir pour diverses recettes qui nécessitent des légumes coupés, telles qu’une bonne sauce ou une soupe minestrone!

Plusieurs aiment déshydrater leurs légumes directement au four, mais je fais autrement. Pourquoi? Non pas parce que le résultat est moins alléchant, mais disons que mon SNU (syndrome de neurone unique) a tendance à oublier qu’il y a quelque chose au four, donc je me retrouve bien souvent avec des légumes carbonisés… moins appétissant, n’est-ce pas?

J’ai décidé d’opter pour un déshydrateur électrique. Il en existe plusieurs sur le marché, mais j’ai acheté le moins dispendieux disponible dans la plupart des magasins à grande surface, et en suis très satisfaite. Lorsque j’ai quelques minutes de libres, je me fais un mélange de légumes, coupés en cube, que je fais sécher tranquillement sur le comptoir. J’utilise souvent les mêmes légumes : carottes, céleris, poivrons, oignons et courgettes. Une fois prêts, je mets le mélange de légumes dans un pot hermétique de type Mason ou même dans un sac de type Ziploc, puis j’entrepose dans l’armoire et j’attends d’en avoir besoin. Le matin où je suis un peu plus à la course (c’est-à-dire tous les matins des journées dont le nom se termine par le son « di »), je mets, dans une mijoteuse, une bonne quantité de ce mélange dans une sauce tomate, avec quelques fines herbes et morceaux de tofu extra-ferme (ou viande, si vous préférez!) ainsi qu’environ ½ tasse d’eau fraîche… et voilà! À mon retour, non seulement les légumes auront-ils repris leur taille initiale (petits cubes), mais j’aurai une bonne sauce prête à manger! Je peux faire la même chose pour une soupe, en mélangeant mes légumes séchés au bouillon de mon choix.

Notez que vous pouvez également faire déshydrater vos fines herbes fraîches ainsi que plusieurs fruits afin d’offrir de bonnes collations santés! Je vous suggère cependant de toujours utiliser du papier parchemin, que ce soit au four ou au déshydrateur, afin d’éviter quelques désagréments!

Bref, en vous préparant d’avance et en utilisant votre mijoteuse à son plein potentiel, il n’y a plus de raisons d’utiliser des sauces toutes préparées (souvent très riches en sodium et pauvres en vitamines) ou de servir le même déjeuner tous les matins ! La clé du succès est la variété, certes, mais l’organisation pour aidera à être efficace!

Un peu plus sur l’auteure

Marie Quirion

Bonjour! Alors…Marie Quirion, c’est qui? Eh bien voilà: je suis une enseignante d’anglais depuis 2008, mais qui enseigne également en entrepreneuriat, en citoyenneté numérique et média, et en ECR. À temps partiel, je peux également me qualifier d’infirmière, de psychologue, de cuisinière, de ménagère, de traductrice, de clown, de coiffeuse, de maquilleuse, de taxi driver, de coach… Je suis une femme occupée, ma foi! Mais le rôle qui me définit le plus, celui que je comble depuis début 2010, ne fait pas partie de la liste ci-dessus. Effectivement, j’ai “oublié” de mentionner que j’étais également la mère de trois bundles of joy: Félix (7 ans, 2010), Zoë (6 ans, 2011) et le p’tit dernier, mais non le moindre, Léo (4.5 ans, 2012), aussi appelé Nidas. Comme dans Léonidas, le roi Sparte. Vous savez, celui qui aimait se battre? Bien c’est lui. Mais on y reviendra, si vous le voulez bien! Heureusement, mon mari et moi formons une bonne équipe qui ne peut être abattue aussi facilement que les personnages dans 300… ! Alors voilà, je vous parlerai de sujets qui me tiennent à cœur, qui me passionnent, qui me choquent ou tout simplement qui me passent par la tête au moment où je suis assise pour écrire! Au plaisir de discuter avec vous!

Pour voir les autres articles de Marie c’est ICI!

Vous-aimez? Partagez!
Tagged on:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *