23 novembre 2017

Y a des jours comme ça

Dernièrement, notre collaboratrice Patricia vous partageait des idées provenant des Danois. Certes, tout comme les Finlandais et les Suédois, il semblerait que ces gens soient plus heureux qu’en moyenne ailleurs. Leurs conditions de travail sont optimales, le système d’éducation rend jaloux les enseignants d’ici, leur système de santé fonctionne bien.

Ben en le lisant, je me suis dit “Drette là, j’aimerais ça être là-bas!”. Parce que des fois, on a beau vouloir être une super employée, une super mère, une super citoyenne, une super épouse, une super femme, il y a des jours comme çaPuis comme je suis certaine que vous en avez aussi, des jours comme ça, consolons-nous tous et toutes ensemble.

Quand le matin débute comme ça

La routine le matin est très importance chez moi. Je vais reconduire les enfants avant le travail, donc je ne peux me permettre de retard. J’ai trois mioches à nourrir, vêtir… Ils ont des cheveux et des dents à brosser, des visages à laver… et depuis quelques jours, des suits d’hiver à enfiler (avec les mitaines toujours perdues, la tuque, les bottes…). Des fois, tout se déroule comme un charme. Les enfants collaborent, ne chignent pas du tout presque pas et aucun de mes chats n’a vomi sur le tapis. Ces matins-là, je les aime d’amour. Je me lève tout doucement, dû à une alarme sur 4 pattes qui ronronne plus fort qu’un moteur d’avion. Mon mari est généralement déjà debout et la maison est parfumée par l’incroyable odeur d’un bon café fraîchement moulu et coulé. On mange, on rit, je fais les collations en me disant que dans l’fond, c’est pas si pire. Je vais reconduire les enfants; un bisou, un câlin et bonne journées mes p’tits lapins!

Puis… y a les matins qui débutent comme ça. 5h24. Ça se crie après dans le sous-sol. Ça se frappe et se lance des jouets. Ça hurle. Ça vient chercher de la nourriture en cachette. Après, ça ne veut pas déjeuner. Mais comme ça ne dit pas toujours la vérité, je ne sais pas vraiment combien de bananes ça a mangé en cachette, donc je mets de la pression pour que ça mange un déjeuner digne de ce nom.

Ça finit toujours par déjeuner, par contre. Je me dis “la bonne humeur va revenir; ça a mangé asteur! 

Yeah right…

Maman: 1 ; Ça: 0

Re: Yeah right…

 

Quand le matin continue comme ça

Ben non. La bonne humeur a oublié de se réveiller, ce matin-là. Parce que non seulement le déjeuner fût une bataille, ça veut pas s’habiller. En fait, ça veut mettre des trucs pas rapport. Des shorts en novembre. Des chandails de laine à 15 degrés. Des robes trop courtes, des pantalons trop longs, des chandails trop petits et des chemises trop grandes. Des fois, les vêtements sont corrects, mais ne matchent pas du tout. Moi, du rayé en haut pis des p’tits pois en bas, c’est non. Un pantalon adidas avec une chemise propre, c’est non. Mais quand tu le dis, ça se fâche, pis ça se remet tout nu. Retour à la case de départ.

 

Moment temporaire

Ça ne marche pas, donc je laisse faire. Ça fera dur à l’école, c’est tout. On part. Ça se chicane dans l’auto, mais bon; j’ai moins de 2 minutes d’auto à faire avant que ça devienne le problème la responsabilité de l’école.  Pis comme ça écoute toujours à l’école; ça ramasse, ça ne rouspète pas; ça ne se chicane pas… Je me dit qu’au moins, ça paraît bien.

Le soir, je reviens de travailler et ça se chicane pour les devoirs. PAS pour qui ne les fera pas… mais pour QUI les fera en PREMIER… car ça VEUT faire ses devoirs en premier… #rare?

Pendant qu’un fait les devoirs, ça se bat en bas, ça pleure, ça crie, ça tape. Le bon-heur. Mais après, faut que ça soupe. Parce que ça vient de passer 20 minutes à dire que ça meurt de faim.

Donc je fais le souper. Des fois, ça aide. Des fois non. Meh…

Des fois, ça mange bien. Des fois non. Meh…

Ça prend une douche. Ça vide les bouteilles chères de maman et papa. Meh…

Là où ça prend tout son sens

Là, il est généralement 18h30. Ça veut écouter la télé un peu. Mais collé avec maman. Ça veut se coller avec moi. Pis ça se colle, ça dégage de la chaleur humaine, ça se retourne de façon spontanée pour m’embrasser, ça me dit que ça m’aime… Et là, ça prend tout son sens.

Ça me remplit de bonheur. Ça donne à ma vie toute son existence. Ça me chatouille le cœur, ça me fait sourire. Je me rends alors compte que malgré la folie présente tout au long de la journée…  Ça a la santé, ça a de l’énergie, ça sait dire s’il-vous-plaît et merci, ça sait reconnaître ses tords et ça sait s’excuser. Ça sait s’amuser, ça se couche sans trop chigner, ça aime donner des câlins et des bisous mouillés. Pis des fois, ben je n’ai pas envie que ça aille se coucher.  Et Ça, c’est qui compte le plus. Dans le fond, sans ça, je ne serais pas qui je suis. Sans ça, j’aurai un  manque à combler.

Un peu plus sur l’auteure

Marie Quirion

Bonjour! Alors…Marie Quirion, c’est qui? Eh bien voilà: je suis une enseignante d’anglais depuis 2008, mais qui enseigne également en entrepreneuriat, en citoyenneté numérique et média, et en ECR. À temps partiel, je peux également me qualifier d’infirmière, de psychologue, de cuisinière, de ménagère, de traductrice, de clown, de coiffeuse, de maquilleuse, de taxi driver, de coach… Je suis une femme occupée, ma foi! Mais le rôle qui me définit le plus, celui que je comble depuis début 2010, ne fait pas partie de la liste ci-dessus. Effectivement, j’ai “oublié” de mentionner que j’étais également la mère de trois bundles of joy: Félix (7 ans, 2010), Zoë (6 ans, 2011) et le p’tit dernier, mais non le moindre, Léo (4.5 ans, 2012), aussi appelé Nidas. Comme dans Léonidas, le roi Sparte. Vous savez, celui qui aimait se battre? Bien c’est lui. Mais on y reviendra, si vous le voulez bien! Heureusement, mon mari et moi formons une bonne équipe qui ne peut être abattue aussi facilement que les personnages dans 300… ! Alors voilà, je vous parlerai de sujets qui me tiennent à cœur, qui me passionnent, qui me choquent ou tout simplement qui me passent par la tête au moment où je suis assise pour écrire! Au plaisir de discuter avec vous!

Pour voir les autres articles de Marie c’est ICI!

 

Vous-aimez? Partagez!
Tagged on:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *