6 décembre 2017

Nous avons testé… Totem, le jeu qui fait du bien!

Au début, je dois l’avouer, j’étais sceptique… un jeu de société qui fait du bien, sérieux? Pas un jeu de société qui amuse, qui appelle la compétition, qui fâche ou dans lequel on se lance des défis, non non, un jeu dans lequel on fait juste se faire du bien. Eh bien… il fallait l’essayer pour y croire, et c’est ce que j’ai fait!

Totem, le jeu qui fait du bien, est un véritable bijou dans son genre. En fait, le seul si je ne m’abuse, et c’est très bien ainsi. D’ailleurs, chapeau aux créateurs et espérons qu’ils garderont leur idée dans leur camp pour très longtemps. Ils ont su développer, par un simple concept de cartes, un univers tout entier de réconfort et de bonheur à partager.

Vous vous demandez de quoi il s’agit bien sûr, et avec raison! Le but du jeu est en fait de créer un totem pour chacun des joueurs. Un totem, on le sait, réunit en général un animal et une qualité propre à une personne, et une fois ensemble, ils définissent la personne en question. Il faut donc trouver le totem idéal qui décrira le mieux les gens autour de la table. On pourrait s’arrêter là et on comprendrait pourquoi ça fait du bien de le faire et surtout, pourquoi on a envie de le faire, mais non, on va plus loin, beaucoup plus loin, et c’est vraiment très bien ainsi!

En fait, dans le jeu, il y a des cartes « Animal – ce que j’aime chez toi » (80 cartes différentes), et des cartes « Qualité – ce qui m’inspire chez toi» (80 cartes différentes). On détermine un receveur de bien-être, et on distribue 7 cartes de la première catégorie aux autres joueurs. Parmi les cartes qu’ils ont en main, ils ont à choisir l’animal qui caractérise le mieux le receveur selon eux (un explicatif de l’animal est inscrit sur chaque carte). Les choix sont mis en commun, le receveur affiche ses préférences, et ensuite – la partie bonheur extrême – chacun des participant explique son choix, en donnant des exemples concrets de la vie du receveur qui prouvent qu’il est doté de telle ou telle faculté. Ensuite, on débat et on détermine quel sera l’animal idéal pour qualifier le receveur. On fait ensuite le même processus avec les cartes « Qualité », jusqu’à obtenir le totem de la personne désignée. Et on passe au suivant, jusqu’à ce que chacun ait reçu son lot de compliments et, par conséquent, son totem.

On pourrait facilement croire qu’il est facile de dire n’importe quoi, mais non, c’est presque impossible pour n’importe qui qui a un minimum de bonne foi. Avec en main 7 cartes différentes, on peut facilement trouver quelque chose qui s’applique au receveur sans même avoir à forcer, et en plus, une fois dans le jeu, on a envie de le faire.

J’ai essayé le jeu avec des plus jeunes et l’expérience a été très enrichissante pour chacun, surtout parce qu’ils devaient creuser leur esprit et trouver ce qu’ils aimaient chez leurs amis, chose qu’ils ne font jamais en temps normal, alors que l’expérience avec des adultes a été plus profonde, plus touchante et plus réconfortante (et parfois presque troublante). Les deux se valent je dirais, alors la porte est ouverte à tous!

Je crois qu’avant de tester ce jeu je ne pouvais même pas imaginer qu’on pouvait trouver autant de choses qui pouvaient nous inspirer chez les gens, et je félicite bien bas les créateurs de nous ouvrir les yeux et de nous aider ainsi à avoir de la reconnaissance envers nos proches.

Totem est un jeu qui fait RÉELLEMENT du bien et qu’il faut à tout prix glisser dans le bas de Noël!

Pour visiter le site web de Totem, le jeu qui fait du bienhttps://totemteam.com/fr

Pour visiter la page Facebook de Totem, le jeu qui fait du bienhttps://www.facebook.com/totemteam/

Nous avons reçu ce produit à titre de promotion et l’opinion ici est la nôtre.

Un peu plus sur l’auteure

Mélanie Malo

Maman de deux ultra charmants et on-ne-peut-plus-actifs garçons de 8 et 5 ans, conçus sur le tard parce que je ne trouvais pas l’homme idéal avant (mais il est maintenant là et bien là), me voilà depuis plusieurs années amoureuses des livres jeunesse. Mais amoureuse des livres, je l’étais déjà depuis mon plus jeune âge, ma mère m’ayant initié au plaisir de la lecture assez tôt, ce pourquoi je la remercie d’ailleurs aujourd’hui. Après des études littéraires au cégep et un bac en littérature française à l’université, j’ai cependant vite compris que ça menait à rien sinon qu’à avoir du plaisir! Aahahah! Je ne me suis donc pas du tout dirigée vers cette branche, prenant plutôt le penchant journaliste pendant près de 15 ans, bifurquant vers le domaine sportif un peu plus tard, pour finalement me retrouver technicienne en loisirs et communications au municipal (donc rien à voir!). Abandonnant peu à peu les classiques de la littérature et les ouvrages sérieux qui font trop réfléchir (attention, je ne les dénigre pas et j’y replonge parfois, je dois l’avouer!) à travers les années, j’ai appris à lire pour le plaisir, pour la découverte, pour la détente… et j’ai eu des enfants! J’ai donc touché à d’autres ouvrages complètement fascinants, et je me suis prise d’une passion sans nom pour la littérature jeunesse en tout genre. J’ai donc commencé, à l’époque, à créer des dossiers de lecture pour les tout-petits à mon boulot, et ensuite, pour d’autres médias comme pigiste, pour finalement aboutir ici et vous livrer une des choses que je sais le mieux faire : mon opinion sur des ouvrages jeunesse! J’espère que vous aimerez!

Pour voir tous les articles de Mélanie, c’est ici!

Vous-aimez? Partagez!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *