23 décembre 2017

À toi la maman d’un enfant autiste qui appréhende les partys des fêtes…

Sache que tu n’es pas la seule. Il y a beaucoup d’enfants autistes et autant de mamans inquiètes, nerveuses et anxieuses des célébrations de Noël. Tu sais, j’en fais aussi partie. Nous avons longtemps refusés les invitations parce que Christopher n’est pas toujours à l’aise dans de nouveaux endroits. Et entre un enfant heureux à la maison et un enfant qui cri le plus fort qu’il peut, se bouche les oreilles ou court et fait tout tomber, la solution pour nous était facile. Et en plus, à ce moment, psychologiquement, c’était même pas pensable d’affronter ses états d’âmes et les nôtres en publique. L’anxiété, notre plus gros ennemi, nous fait vivre un paquet d’inquiétudes. Je me suis souvent empêchée de faire des sorties, parce que, avant même d’avoir quitté la maison, j’appréhendais ce qui pouvait se passer. Et si il criait sans cesse? Et si il se sauvait et que je devais courir après lui? Et si il se mettait à pleurer pour une raison que j’ignore toutes les larmes de son corps, sans que je puisse comprendre et qu’à mon tour, je l’accompagne avec mes larmes, exténuée et dépassée? Il était hors de question que  je quitte la maison avec toutes ces appréhensions. Et quand je le faisais, je recommençais à respirer seulement quand j’étais assise dans la voiture au moment de retourner à la maison.

Mais depuis, nous avons fait du chemin. Christopher a maintenant 6 ans. Il ne parle pas alors il est parfois difficile de comprendre ses angoisses. Mais il a appris, lui aussi, à se contrôler, à se réguler. Et nous, nous avons appris à faire des besoins particuliers de Christopher, notre quotidien. Ces besoins, c’est rendu notre normalité, notre réalité. Nous pourrions en vouloir à la terre entière toute notre vie, mais  nous avons fait la paix. Et ce cheminement nous permet de ne plus avoir peur de sortir et d’affronter le monde extérieur, parce que oui, souvent, c’est le regard des autres qui fait le plus mal dans tout ça. Et il faut passer par dessus. Ignorer, éduquer et ouvrir les yeux sur la différence.

Dans vos célébrations des prochains jours, essayer de laisser vos angoisses de côtés. Votre famille, vos amis, seront si heureux de vous voir. De plus, ils sont tous au courant de la condition particulière de votre enfant. Et ils comprendront. Et vous, soyez fier de votre enfant, de ses progrès, de ses réussites . Apportez des accessoires que votre enfant aime; le iPad, une lampe de poche, des voitures, des coquilles pour le bruit… Et surtout, n’ayez pas peur de demander à votre hôte si il y aura un coin tranquille pour votre enfant. Nous avons demandés une chaise berçante pour Christopher. Se bercer, c’est sa façon à lui de passer au travers toutes ces fêtes, qui au bout de la ligne l’épuise. C’est beaucoup de stimulation pour un enfant autiste des partys de Noël, lumières et chansons!

 

 

 

 

 

 

 

Christopher, à 2 places différentes, à 4 ans et 3 ans, sur des fauteuils berçants pendant les fêtes de Noël.

 

Et à toi, chère maman, je te souhaite un Joyeux Noël, je t’envoie du courage et je te fais un gros câlins. Et surtout, ne reste pas seule avec tes angoisses, n’hésites pas à en parler, tu verras, tu auras du soutiens et nos amis sont plus compréhensif qu’on le pense.

Joyeuses Fêtes!

D’une maman qui a fait la paix avec l’autisme et toute l’anxiété que ça apporte.

Un peu plus sur l’auteure

Virginie Liard

Alors qui suis-je? Je suis une maman de 33 ans qui manque d’organisation et qui passe son temps à jongler avec milles et une idées! En couple depuis 13 ans, future mariée en août, j’adore voyager et découvrir de nouvelles choses. Ce n’est pas pour rien que j’ai fais mes études en tourisme! Après la naissance de mon premier enfant, Raphael (7 ans, 2010), je suis devenue maman à la maison. De fil en aiguille (!!!) je suis devenue couturière pour ma propre compagnie et j’ai eu deux autres enfants, Christopher (6 ans, 2011, autiste) et Roxanne (5 ans, 2012). Nos enfants nous ont apportés plusieurs défis au quotidien passant par la dyspraxie, l’autisme, le TDAH et les retards de langages. Nous avons donc une vie qui défile à la vitesse de Flash McQueen! J’ai toujours aimé écrire. Du plus loin que je me souvienne j’ai toujours eu un journal ou des correspondants à travers le monde. Après un blogue à la naissance de Raphael, un petit magazine web en 2015, une collaboration au blogue de Maman Consomme, me voilà, avec mon amie Marie, blogueuse pour notre propre média! Mes sujets de prédilection: sorties, aventures au quotidien, produits, recettes, DIY et autisme. P.s. Je suis accro à Instagram et joint l’utile à l’agréable en synchronisant mon compte perso et celui du blogue, c’est par ici!

Pour voir les autres articles de Virginie c’est ICI!

Vous-aimez? Partagez!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *