26 janvier 2018

Rouge Pompier

Je me sens vraiment délinquante en ce moment. Tsé comme quand tu le sais que tu vas transgresser une règle écrite, mais que tu le fais quand même et ce, de façon consciente et volontaire. Là, le problème est que je vais en transgresser 2. Oh oui. Drette de même.

Je vais vous parler de Rouge Pompier… un band que j’ai découvert cette semaine. Pourquoi je dis que je vais transgresser des règles alors? Voyez par vous-mêmes, ICI!

Deux artistes méconnus

Et ce n’est pas que j’ai pas voulu en apprendre plus sur eux. Leur musique a été notre premier “wow” de l’année 2018, musicalement parlant; j’aime en apprendre un peu sur le background des artistes que j’écoute ou que je découvre. Très peu d’informations se retrouvent sur leur site officiel, et même l’information qui y est présente semble… parfois douteuse!?! Peu importe; leur musique sonne bien à mes oreilles et c’est réellement ce qui compte! Ah, par contre je peux vous dire qu’ils sont sous Slam Disques. Qu’ils existent en tant que Rouge Pompier depuis 2012. Qu’ils ont été le groupe du mois QuebecPunk en 2012. Qu’il s’agit de Jessy Fuchs et d’Alexandre PortelancePis que ça sonne bien dans mon tourne-disque…

 

Hors du commun

Ce que je (moi, MARIE) déplore de la musique québécoise depuis quelques années est la tendance qu’ont les artistes à vouloir entrer dans un moule. Ce moule, créé (SELON MOI) par l’émergence des concours musicaux à la Star Académie et La Voix, semble vouloir éliminer toute originalité. Attention, je ne dis pas que tous les nouveaux artistes tombent dans cette catégorie, mais de plus en plus j’ai l’impression que les artistes font de la musique pour passer à la radio. OUI ils veulent probablement gagner leur vie avec leur musique, je comprends. Mais dans un monde où télécharger de la musique illégalement se fait les deux doigts dans le nez, rares sont les artistes qui peuvent uniquement vivre de leur musique, du moins, au début. Il n’y a rien qui sort du moule, qui a son propre style. Dans mes oreilles, ça finit toujours par se ressembler, bien malheureusement.

Je n’ai rien contre les artistes québécois, mais dans MES goûts à MOI, rien ne m’a vraiment fait tripper depuis les Cowboys Fringants. Jusqu’à cette semaine. Mon mari m’est arrivé avec du Rouge Pompier, groupe qu’il a découvert très récemment grâce à un ami mélomane (Merci Jo!)

Difficile à définir

Ça fait un bon 30 minutes que j’essaie de définir ce groupe. Je n’y arrive pas. Il a son style bien à lui et c’est ce qui le démarque de la masse, je crois. À la fois rock, avec une touche de punk, du beau joual bien placé et des concepts hors de l’ordinaire. C’est pas mal ce que j’ai réussi à pondre comme définition, après toute cette réflexion.  Certaines tounes viennent nous chercher un peu plus (telle que Lana Lang), d’autres nous font rire (Mercredi) alors que d’autres m’ont causé le plus gros eye roll ever (Red Hot Chili Pompier), car je trouvais hot l’audace de la chanson!

À découvrir

J’ai particulièrement apprécié leur album intitulé Chevy Chase. Certes, ce style musical n’est pas pour tout le monde. Mais tsé, ce n’est pas tout le monde qui aime Céline non plus. Si vous avez aimé, tant mieux! Sinon, attendez la semaine prochaine pour ma prochaine Découverte Musicale, coudon!

Vous-aimez? Partagez!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *