3 avril 2018

C’était il y a 15 ans…

C’était il y a 15 ans déjà. À l’aube de mes 18 ans. La soirée-même de ma fête, en fait. Une soirée passée entre amis, dans notre bar local Le Shevas, à Repentigny. Ce bar était le lieu de réunion de notre petite gang, les vendredis soir, après notre soirée de travail au Wal-Mart. (Eh oui, j’y avais mis les pieds avant mes 18 ans, petite rebelle que j’étais. Un des avantages de mesurer presque 6 pieds et d’avoir des amis plus âgés était qu’on ne se faisait pas souvent carter!)

Cette soirée-là débuta comme tous nos autres vendredi soirs. On se commandait un sex on the beach suivi d’un pichet de Bleue. On se commandait parfois une poutine, puis les gens se claquaient une cigarette après l’autre, assis à notre table au 2e étage.

J’étais loin de me douter qu’un événement se produirait ce soir-là. Événement qui a changé ma vie, littéralement. Événement qui a fait en sorte que je suis devenue celle que je suis aujourd’hui. Que j’habite où j’habite. Que j’ai les 3 enfants que j’ai.

Ce soir-là, je suis descendue veiller au sous-sol du bar, là on retrouvait les tables de billard.

Ce soir-là, je me suis fait cruiser par un jeune homme qui ne lâchait pas prise facilement. Ce homme, appelé Ben, ne semblait comprendre que je n’étais pas intéressée par lui. Que non je n’avais pas envie qu’il me paie une bière. Que non je n’avais pas envie de jouer une partie de pool avec lui. Il était insistant. Têtu. C’était la soirée de ma fête, et il me gossait royalement.

J’ai donc cherché une bouée. Quelqu’un qui pourrait me sortir de là. À côté de moi, au bar, un jeune homme avec qui je travaillais au Wal-Mart se commandait une bière. Il s’appelait Mathieu. J’ignorais alors son nom de famille, mais il était là. Je ne savais pas s’il me connaissait vraiment; on ne s’était jamais longtemps adressé la parole. Il parlait trop de politique, d’économie et de végétarisme pour moi. Mais ce soir-là, je me suis agrippée à son bras, je me suis retournée vers Ben et je lui ai dis “Là, Ben, tu vas me lâcher parce que mon chum vient d’arriver”. Mathieu, un peu surpris (disons!) me lança un regard de WTF mais, voyant mon regard un peu inquiet, dit également à Ben de me laisser tranquille. 

Ben nous demanda nos noms: on a inventé. Il nous demanda notre courriel: on en a inventé un. Il nous a dit “Ça n’a pas l’air crédible votre affaire”. Math et moi, on s’est donc timidement embrassé. N’importe quoi pour qu’il me lâche!

C’était il y a 15 ans. Pendant cette soirée, l’homme qui allait devenir mon mari et moi, eh bien nous nous sommes échangés notre premier baiser.

15 ans plus tard

Nous voici 15 ans plus tard. Nous pouvons compter sur une main, je crois, les personnes qui ont cru en notre histoire. Et je les comprends. On n’avait que très peu d’intérêts communs. Il était un musicien qui aimait veiller avec ses quelques amis, boire de la bière et écouter des films. J’étudiais pour devenir enseignante, je ne sortais que très peu et buvait très peu. Il était assez solitaire et limite agoraphobe. J’aimais être entourée d’ami(e)s.  Il jouait à des jeux vidéos; je n’avais jamais même possédé de consoles. Il écoutait du punk et du métal, alors que j’étais plus No Doubt et Cowboys Fringants. Mais malgré tout cela, nous voici 15 ans plus tard, encore plus amoureux que jamais.

15 ans plus tard et…

Nous voici en maison. Nous avons eu un appartement, 1 année. Un petit être est venu s’installer dans mon bedon quelques temps après, donc nous sommes déménagés en maison.

Nous voici avec 3 chats, 3 enfants, 2 voitures et quelques poissons. Tout cela parce que Mathieu était là, au bar, quand Ben ne me lâchait pas.

Nous ne sommes pas le couple parfait, mais nous tentons de l’être l’un pour l’autre. J’ai ouvert mes oreilles à ses goûts musicaux (heureusement!) et il s’est mis à aimer les voitures. Je me suis mise à jouer à des jeux vidéos, et il écoute des films de fille (ou du moins, il fait semblant!). Nous nous encourageons au gym, jouons à des jeux de société toutes les semaines, nous nous offrons une bonne bouteille de vin la fin de semaine venue et partageons de plus en plus d’intérêts.

Il m’a encouragé dans mes choix maternels et n’a jamais eu peur de prendre ma défense. Il n’approuvait pas toujours, mais me respectait. L’inverse est le cas, également.

Nous avons commencé la raquette ensemble, puis le kayak. Nous nous offrons quelques petits après-midis d’amoureux lorsque possible, question de se ressourcer. Avec 3 enfants, ce n’est pas toujours évident. Mais nous tentons de rendre spéciaux chacun des moments passés ensemble des moments. Même plier du linge peut être agréable, si on le fait en se donnant des répliques de François Pérusse!

On fait de la course ensemble, juste parce que c’est agréable.

On va à des shows ensemble, ce qui nous donne d’autres occasions de se payer un p’tit souper au resto en amoureux.

Nous ne nous prenons pas pour acquis et aimons nous taquiner.  On prend difficilement des photos sérieuses ensemble, au grand désespoir de ma mère.

 

Plein d’autres belles années en perspective

Mathieu, c’est mon premier véritable amour. Mais c’est surtout le dernier. C’est le père de mes enfants, et je n’aurais pas pu mieux choisir. Nous avons passé 15 ans ensemble, et je sens toujours que ce n’est que le début. Ensemble, on a formé une belle famille de fous et avons du plaisir même les jours de pluie!

 

Un peu plus sur l’auteure

Marie Quirion

Bonjour! Alors…Marie Quirion, c’est qui? Eh bien voilà: je suis une enseignante d’anglais depuis 2008, mais qui enseigne également en entrepreneuriat, en citoyenneté numérique et média, et en ECR. À temps partiel, je peux également me qualifier d’infirmière, de psychologue, de cuisinière, de ménagère, de traductrice, de clown, de coiffeuse, de maquilleuse, de taxi driver, de coach… Je suis une femme occupée, ma foi! Mais le rôle qui me définit le plus, celui que je comble depuis début 2010, ne fait pas partie de la liste ci-dessus. Effectivement, j’ai “oublié” de mentionner que j’étais également la mère de trois bundles of joy: Félix (7 ans, 2010), Zoë (6 ans, 2011) et le p’tit dernier, mais non le moindre, Léo (5 ans, 2012), aussi appelé Nidas. Comme dans Léonidas, le roi Sparte. Vous savez, celui qui aimait se battre? Bien c’est lui. Mais on y reviendra, si vous le voulez bien! Heureusement, mon mari et moi formons une bonne équipe qui ne peut être abattue aussi facilement que les personnages dans 300… ! Alors voilà, je vous parlerai de sujets qui me tiennent à cœur, qui me passionnent, qui me choquent ou tout simplement qui me passent par la tête au moment où je suis assise pour écrire! Au plaisir de discuter avec vous!

Pour voir les autres articles de Marie c’est ICI!

Vous-aimez? Partagez!
Tagged on:

2 thoughts on “C’était il y a 15 ans…

  1. i absolutly LOVE LOVE your LOVE STORY with Mathieu. it is true , true love does exist, something it takes longer time to find one but i did and it will be soon 36 years this yeat that we meet and 34 years we will be married. congrats to the both of you. love you all xxxx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *