21 avril 2018

Voir que…. Les jugements d’avant.

La parentalité vient avec toutes ses beautés mais aussi son lot de défis. Jusqu’à maintenant, je suis une des chanceuses qui, en tout humilité, a la chance d’avoir des enfants qui sont relativement coopératifs, calmes et patients ce, même en public. Nous avons toujours eu le réflexe de les amener partout, que ce soit en avion, chez des amis, au restaurant sans qu’on ait eu à traverser des moments pénibles. Même le fameux « terrible two » ne semble pas avoir trouvé refuge chez nous.

Par contre, ce weekend, je ne sais pas si c’était à cause des sucreries, du long weekend trop fatiguant ou d’une mauvaise discipline de notre part mais on dirait que Jeannot Lapin n’a pas seulement distribué des chocolats à mes enfants, mais aussi un lot d’impatience puisque nous avons eu droit à une crise en-plein-café-parce-que-monsieur-de-3-ans-voulait-avoir-SA-propre-soupe. Les regards dérangés et désobligeants se multipliaient en constatant des larmes disproportionnées. Puisque nous étions confrontés pour la première fois à une telle réaction, nous n’avions pas vraiment réfléchi à un plan d’action clair en gestion de crise. Comme on dit, ça ne vient pas avec un livre… Pourtant oui! J’aurais dû regarder dans le fameux Mieux-Vivre offert gratuitement par notre gouvernement. C’est vrai! Ce guide propose pleins d’outils pour les nouveaux parents mais suis-je la seule à trouver que les auteurs de cet ouvrage ont l’air d’habiter un pays imaginaire et fabuleux nommé La Théorie? Vivre en Théorie semble si agréable et facile, j’y emménagerais dès demain si j’avais l’opportunité. Bref, pour en revenir à notre crise monumentale du café, nous avons finalement repris le contrôle de la situation mais cela m’a fait réfléchir et je me suis remémoré mon temps d’avant.

Avant d’avoir mes enfants, me semble que j’avais, moi aussi, le jugement facile. Pas un jugement méchant évidemment mais toujours une petite pensée du genre voir que…

« Voir que … tu ne sois pas capable de raisonner un enfant qui pleure en public. C’est pourtant si facile de leur changer les idées. Tout est une question d’éducation… Si tu en fais un enfant-roi, tu auras des problèmes c’est sûr! » … Eux aussi habitent en Théorie. La vraie vie est pourtant teintée de tellement de nuances.

« Voir que … tu n’as pas le temps de plier ta brassée de lavage qui traîne dans ton panier. Ce n’est pas long plier du linge. Si tu le fais au fur et à mesure ça va bien! » Oui, mais quand ta laveuse voudrait se syndiquer parce que tu abuses de ses fonctions, les paniers s’accumulent avant même que tu aies pris le temps de respirer.

« Voir que … tu perds des bas d’enfants. Compléter une paire n’est pourtant pas si sorcier… » Je gardais les filles à mon frère et je me demandais toujours pourquoi autant de bas avaient choisi de poursuivre leur route en solitaire? Un mystère non résolu jusqu’à ce jour et qui se manifeste aussi à mon domicile. Étrange!

« Voir que … tu ne sois pas capable de prendre mon appel à 19h30 en soirée. C’est quoi ça une routine dodo? » Quand la sonnerie du téléphone retentie en même temps qu’un doux moment ou que tu sens que ton bébé s’abandonne finalement au sommeil, tu sens monter une émotion si puissante qui se décharge dans tes yeux en laissant place à des larmes vite dissimulées.

« Voir que … tu t’assois dans ta voiture pour manger un beigne en cachette. » Une copine a récemment écrit une publication Facebook à ce sujet et si je l’avais lu avant d’avoir des enfants, je ne suis pas certaine que je l’aurais comprise.

« Voir que … tu débranches la sonnette d’entrée afin de minimiser les bruits. Tu ne devrais pas t’empêcher de vivre et de faire du bruit, ton enfant va s’adapter. » Avant de porter un geste violent envers le livreur UPS, qui livre tes vêtements que tu n’as même pas pris le temps d’essayer car la dernière fois que tu t’es rendue dans un magasin c’était en 2010, cela devient légitime d’éliminer cette invention si détestée par les jeunes parents.

« Voir que … tu es moyennement content de ma visite du dimanche à « l’heure de la sieste ».  Je débarquais toujours chez ma belle-sœur heureuse de voir mes nièces. Mais je n’avais aucunement conscience que je bousillais sauvagement sa discipline de « routine sieste ». Bien que j’annonçais ma visite et que je validais leurs disponibilités, pour ne pas me vexer, elle me disait gentiment que les filles ne dormaient quasiment plus la fin de semaine et que je pouvais passer mais aujourd’hui je comprends quelle torture je devais lui infliger. Pardonne-moi Marie-Ève 😉

« Voir que … tu laisses ton enfant écouter Pat Patrouille. Moi ils n’écouteront pas la télévision… » Ouais, quand tu vas comprendre que ton seul moment de répit, pour fermer doucement les yeux pendant quelques minutes sur le divan du salon, c’est le temps que ton gars regarde un sauvetage héroïque en compagnie de Chase et Marcus. Je t’assure que la mère indigne en toi voudra, elle aussi, le « ploguer » devant la TV.

« Voir que … tu n’es pas capable de récupérer ton sommeil. Tu as juste à dormir quand bébé dort. » Ben oui! Je n’y avais pas pensé.

Parents bienveillants, vous êtes de bons parents! Un parcours singulier, où seules les meilleures volontés du monde deviennent vos alliées, se dessine au fil du temps dans vos vies mais certes, vous donnez le meilleur à vos enfants. Ne laissez pas des regards douter de vos compétences parentales. Avez-vous, vous aussi, pensé à tort que la parentalité pouvait être si facile en portant certains jugements? Partagez-nous vos jugements d’avant.

Un peu plus sur l’auteure

Julie Chamberland

Maman de deux charmants garçons (Noah bientôt 3 ans) et (Adam 4 mois) présentement en congé de maternité. Étudiante à temps partiel à l’université, en administration des affaires, spécialiste pour dénicher des voyages intéressants et à bon prix (mon métier d’agent de voyage en pause maternité aide grandement), douée pour magasiner en ligne de belles trouvailles ou simplement pour acheter le linge des enfants puisque je déteste passer du temps dans les magasins, capable de trouver pleins de trucs (culinaires, ménagers, plaisants etc.) afin d’optimiser mon temps pour profiter de la vie. Voici, ici, que quelques aspects de ma personnalité. L’écriture est pour moi, un nouveau défi. J’ai toujours lu des articles de certains blogs avec une petite touche d’envie. Je collabore depuis tout récemment parce que je suis charmée par ces chroniques qui peuvent nous faire rire, nous toucher, nous informer. J’écrierai des articles sur des sujets variés qui, j’espère vous rejoindront. Cela sera une façon de connecter avec des gens, de briser l’isolement du congé de maternité et d’aider à équilibrer ma vie. Je suis donc une maman comblée avec deux beaux enfants, une amoureuse de son mari qui est l’homme de ma vie depuis maintenant 11 ans, une collègue sensible aux autres, une amie avec qui un simple café fera toujours le bonheur d’être partagé, une fille touchée par le simple appel de maman (même à 37 ans), et maintenant une chroniqueuse pour qui, ce nouveau défi apportera un petit bonheur additionnel.

Pour voir les autres articles de Julie c’est ICI!

Vous-aimez? Partagez!
Tagged on:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *