20 octobre 2018

La composition familiale… Une décision publique.

Ça n’était pas notre choix au départ. Nous en voulions deux. La vie nous a mis des épreuves sur nos chemins qui nous ont mené à cette décision : se contenter de la chance incroyable d’avoir un enfant, d’avoir une famille en santé et heureuse.

On est d’accord, jusqu’ici, tout est beau.

Nous n’avions cependant pas pensé que le monde extérieur à notre cocon familial avait un droit acquis de donner son avis sur nos choix et même, nous faire la leçon.

Vous savez, comme les prêtres dans le temps qui faisaient du porte à porte pour ordonner aux familles de s’agrandir. J’exagère l’image mais le niveau d’absurdité est le même.

Dans un monde idéal, la composition d’une famille devrait être une discussion interne, intime. Dans un monde idéal…

– « Il ou elle va s’ennuyer ».

– « Il ou elle va être sauvage ».

– « Il ou elle est tellement beau/belle, vous n’allez pas vous arrêter là ».

– « Il ou elle va être égoïste ».

– « Ça va être un enfant gâté ».

– « Bah voyons donc !!!! »

Et le plus atroce pour la fin : « S’il arrive un drame, vous n’en aurez plus »

Je ne pense pas qu’il soit utile de continuer cette liste. Les mots parlent d’eux-mêmes.

Peut-on juste se contenter de se mêler de nos affaires ? Sommes-nous obligés d’imposer nos croyances, nos craintes aux familles autour de nous ?

À partir de combien d’enfants sommes nous en droit de donner des leçons ?

 

Personnellement, dès qu’on me posait la question il y avait comme un malaise, tellement flagrant, que je me sentais obligée de m’expliquer. De toute manière si je ne le faisais pas, ce n’était pas long qu’on me demande la raison de ce choix.

 

J’ai remarqué une certaine dictature concernant le nombre d’enfants par famille :

Faire un enfant, c’est égoïste. Faire deux enfants, c’est la base. Faire trois enfants, c’est le maximum toléré pour rester à l’abri des jugements. Faire quatre ou cinq enfants, c’est la mère qui ne veut pas aller travailler ou c’est pour avoir des aides financières supplémentaires.

 

Un jugement gratuit, inacceptable qui serait bon d’éradiquer.

 

Chaque famille trouve son propre équilibre et devrait avoir le droit de faire ses propres choix sans devoir essuyer des reproches ou des « conseils » totalement inappropriés.

II y a un mot pour cela, très souvent oublié et pourtant fondamental, le RESPECT.

Que vous ayez choisi d’avoir un enfant, trois, quatre, cinq… N’oubliez pas que seules vos raisons sont bonnes. N’écoutez pas les « bien-pensants » qui ne connaissent ni votre réalité ni vos ambitions de vie.

Le respect, un principe de base qui simplifierait beaucoup notre quotidien en société.

 

Une maman parmi tant d’autres.

Un peu plus sur l’auteure

Maureen Fournier

Française de naissance, je me suis installée au Québec il y a 8 ans après avoir rencontré un québécois en France. Maman d’un petit garçon de 5 ans, je suis aussi massothérapeute et technicienne comptable. Attirée par l’écriture depuis quelques années, je me suis intéressée aux blogues il y a peu, car je trouve que c’est une belle opportunité pour échanger, partager et apprendre des autres. La maternité et la vie de famille sont des sujets tellement enrichissants et complexes qu’il est, selon moi, très positif de faire part de nos expériences, nos coups de cœurs et de temps en temps de nos montées de lait. Tannée du Momshaming, je m’efforce en écrivant de véhiculer des messages positifs et encourageants. Vouant une passion pour le magasinage, je suis sans arrêt sur le net à dénicher les produits miracles ou les incontournables. J’aime les choses simples, la famille, les amis, les livres et mes running. Sans prétention ni jugements, j’espère pouvoir échanger positivement et peut-être même, à travers mes articles, rassurer une maman (ou un papa) qui vit de quoi similaires en me lisant.

Pour voir les autres articles de Maureen c’est ICI!

Vous-aimez? Partagez!
Tagged on:

4 thoughts on “La composition familiale… Une décision publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *