4 mars 2019

La zoothérapie, vous connaissez?

La zoothérapie, ce terme vous dit quelque chose? On en entend de plus en plus parler dans les médias… mais est-ce une mode? Croyez-vous réellement que la présence d’un chien ou d’un chat autour d’une personne puisse être bénéfique au point d’apporter une forme de guérison du corps, du cœur ou de l’esprit? Moi, oui. Je crois fortement que ce type de thérapie a des bienfaits sur nous et ce, à différents niveaux. Bien que je ne possède pas toutes les explications scientifiques, psychologiques et émotionnelles derrière la zoothérapie, mon expérience personnelle s’est prouvée assez satisfaisante pour que j’y crois davantage.

J’ai un chien, comme dans bien d’autres foyers. C’est une belle Boston Terrier de 6 ans. Une belle grosse « guidoune » à qui j’ai envie, par le biais de cet article, de rendre hommage. Ça peut peut-être vous sembler inusité, mais comme sa présence fût un véritable baume sur ma plaie de cœur, je crois fermement qu’elle le mérite. Par le fait même, je veux également vous partager mon vécu avec la zoothérapie.

Pour ceux et celles qui l’ignoraient, il y a quelques mois, un événement douloureux a ébranlé notre famille. En effet, nous avons dû nous soutenir lors de la perte précoce de notre fils, alors que j’étais à 15.5 semaines de grossesse. Ce bébé était tellement voulu, si désiré, tant attendu; sa perte fut donc tout un choc émotif et physique. Je vous épargnerai les commentaires qu’on entend bien souvent suite à une fausse-couche… Rappelez-vous tout simplement qu’il n’est pas nécessaire de l’avoir pris dans nos bras pour pleurer sa perte.

Dans mon cas, les répercussions étaient difficiles à cacher. Je n’avais pas une montagne à gravir devant moi, mais bien les Rocheuses au grand complet. Suite à cet événement, j’ai fait de l’insomnie durant plusieurs journées. Elle m’empêchait de reprendre le dessus physiquement, psychologiquement et émotivement. Ajoutez à cela, l’énorme peine qui m’envahissait. J’ai été en arrête de travail pendant quelques semaines incluant un retour progressif. Vous pouvez très bien vous imaginer toutes les pensées que j’ai pu avoir lorsque je me retrouvais seule…

Mon conjoint, mes enfants, ma famille et ma belle-famille ainsi que mes amies étaient tous à mes côtés; de même que des connaissances sur le groupe des mamans de Mars 2019. Mais, pour être honnête avec vous, j’avais beau en parler, les gens finissent par ne plus savoir quoi nous répondre… Puis, j’avais l’impression d’être gossante à la longue pour eux. Mais avec les animaux, c’est une toute autre réalité.

Mon chien, quant à elle, venait combler une autre partie. Elle n’était pas à mes côtés parce qu’elle s’en sentait obligée ou parce qu’elle voulait bien paraître. Elle est demeurée là, à mes côtés, aussi longtemps que j’en ai ressenti le besoin. La nuit, lors de mes insomnies, elle était là. Le fait qu’elle se levait, venait se coucher dans mon cou, me réconfortait. Le fait de la caresser m’apaisait. Puis, bizarrement, ses ronflements finissaient par m’endormir. Elle m’a donné ce que je cherchais : de l’amour inconditionnel, du support et une présence rassurante.

prise le 17 octobre 2018

 

Un peu plus sur l’auteure

Marylène Leblond

Je suis maman de 2 magnifiques princesses qui sont avec nous une semaine sur deux ainsi que d’une 3e belle princesse, avec mon amoureux des 6 dernières années. J’ai un blogue personnel, depuis février 2008. Je suis une adepte de l’écologie, des produits “Zéro Déchet”, des produits québécois et de cuisiner le plus possible. Je partagerai avec vous mes superbes trouvailles! J’aime ce qui est simple et la franchise. Mes priorités sont ma famille et mes amies. Malgré nos vies bien remplies, très mouvementé, j’essaie d’être une personne zen, de ne pas m’oublier et surtout, de prendre soin de moi!

Pour voir les autres articles de Marylène c’est ICI!

Vous-aimez? Partagez!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *