13 octobre 2017

Les Courses Virtuelles… vues par Marie

J’aime jogger, même si je ne vais pas vite. Lentement mais surement, comme on dit si bien! Je peux facilement faire un 5km, et j’ai réussi mon 10km l’an passé. Mais souvent, je cours plutôt un 3km. Car ma run habituelle fait 3km et c’est ma zone de confort. Et je suis bien là dedans; je me dis que c’est toujours mieux que de ne pas en courir du tout!

Dernièrement, nous vous avons parlé des Courses Virtuelles (cliquez ici pour voir l’article écrit par Virginie). Je trouvais le concept bien, mais j’avoue que je me disais “ben voyons, je n’ai pas besoin d’une médaille pour aller courir.” Et c’est bien vrai; je jog souvent pour le plaisir, sans vraiment me mettre des attentes ou des objectifs. Comme je disais, je fais ma run de 3km et je reviens prendre une douche.

Cette semaine, j’ai pu faire la Course Virtuelle des Profs. Ma médaille était sur le comptoir, mon dossard sur mon manteau de course. Puis, mercredi matin, pendant que les 3 enfants étaient à l’école (première fois à vie!), mon mari et moi sommes partis courir ensemble. Nous allons à peu près à la même vitesse donc c’est agréable. On ne se parle pas; on est dans notre bulle avec notre musique, et on court.

Nous avons fait sa run cette fois. Des chemins différents des miens. Nous avons fait 3.6km. C’était bien. J’étais bien contente… MAIS… j’avais mon dossard sur le dos. Je m’étais promis un 5km. Pas pour la médaille; elle m’aurait attendue sur le comptoir même si je n’avais fait qu’un km, ou 10 mais en voiture. Pas pour les milliers de fans qui m’attendaient à la ligne d’arrivée…  Il n’y avait que des travailleurs de la construction qui devaient se dire “Awèye, cours la grosse!”…  Pas pour les photos qui seraient publiées dans le meilleur magazine de course au Québec… Mais je m’étais engagée dans cette course virtuelle, ce défi personnel, cet objectif de la semaine.

Qui l’aurait su, dans le fond, si je n’avais pas fait mon 5km? Est-ce que la police de la course serait venue me rendre visite? Non. Mon mari l’aurait su, mais c’est tout. Il ne m’aurait pas humiliée sur la place publique pour non-respect d’un défi personnel. Il n’aurait pas brulé mon dossard ni jeté ma médaille.

Mais moi, je l’aurais su également. Et pour une raison X, une raison complètement inexplicable, je sentais que c’était mon DEVOIR, parce que j’avais mis le dossard et que je m’étais engagée à terminer cette course de 5km. Donc, alors que chéri rentra dans le stationnement pour terminer ses étirements de fin de course, moi, j’ai continué. Après l’avoir salué de la main, faisant un signe de rond du genre “je continue; j’reviens”, j’ai repris le chemin, écoutant du Propagandhi pour me motiver. Car oui, je cours en écoutant du punk!

J’ai fait mon 5km. Ça m’a pris 10 minutes de plus, mais je l’ai fait. Et là, j’étais fière.. J’avais respecté l’engagement que j’avais pris… envers moi-même. Même si ce n’était pas le premier 5km complété – on en avait fait un ensemble quelques jours avant pour Le Défi de l’Acad –  j’étais fière d’avoir réussi quand même.

 

Alors les courses virtuelles, est-ce que ça fonctionne? OUI. Du moins, je me sentais tellement motivée que j’ai continué là où j’aurais normalement arrêté. Et je suis fière de pouvoir afficher ma médaille, car je sais que je l’ai méritée pour vrai, sans triche!

Allez donc faire un tour sur le site… Inscrivez-vous pour le plaisir, pour la santé et pour le défi!

Un peu plus sur l’auteure

Marie Quirion

Bonjour! Alors…Marie Quirion, c’est qui? Eh bien voilà: je suis une enseignante d’anglais depuis 2008, mais qui enseigne également en entrepreneuriat, en citoyenneté numérique et média, et en ECR. À temps partiel, je peux également me qualifier d’infirmière, de psychologue, de cuisinière, de ménagère, de traductrice, de clown, de coiffeuse, de maquilleuse, de taxi driver, de coach… Je suis une femme occupée, ma foi! Mais le rôle qui me définit le plus, celui que je comble depuis début 2010, ne fait pas partie de la liste ci-dessus. Effectivement, j’ai “oublié” de mentionner que j’étais également la mère de trois bundles of joy: Félix (7 ans, 2010), Zoë (6 ans, 2011) et le p’tit dernier, mais non le moindre, Léo (4.5 ans, 2012), aussi appelé Nidas. Comme dans Léonidas, le roi Sparte. Vous savez, celui qui aimait se battre? Bien c’est lui. Mais on y reviendra, si vous le voulez bien! Heureusement, mon mari et moi formons une bonne équipe qui ne peut être abattue aussi facilement que les personnages dans 300… ! Alors voilà, je vous parlerai de sujets qui me tiennent à cœur, qui me passionnent, qui me choquent ou tout simplement qui me passent par la tête au moment où je suis assise pour écrire! Au plaisir de discuter avec vous!

Pour voir les autres articles de Marie c’est ICI!

Vous-aimez? Partagez!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *